2K18, un sabotage en règle

Le titre peut être fort mais avouons le, 2K est sur une pente plus que descendante depuis deux opus, explications.

 

Le contexte de cette année

Un quartier, plus de factions, chouette, sur le papier, cela représente bien. L’euphorie des débuts, atteindre 99 pourquoi pas, plus de réputation et mascotte genre atteindre le statut légende, mouais, admettons. Si tout est sympa au départ, on déchante vite. Acteurs médiocres et qui t’arrachent une fois un sourire, joueurs NBA pas convaincus d’être dans le « scénario », une colocataire énervante au possible, un équipier crée de toutes pièces pour t’aider, parlons en de monsieur Wells, en pleine saison, il te lance : « Tu joues avec eux maintenant ? ». Le match d’après, le bonhomme finit à 3 sur 10. Et ce quartier au fait ? Ben pas grand-chose à faire, un coiffeur, un tatoueur et une salle dite de jeux, on fait vite le tour, sans passion. Le top de la bêtise, impossible de zapper les cinématiques quand tu refais un joueur.

Des bugs en pagaille

Une expérience débutée en septembre et un paquet de bugs parfois gênant. On résume : passe anodine que ton équipier ne peut pas attraper, règle des 3 secondes appliquée façon 2K (très mal), joueur qui finit par terre et poussé (faute pour lui), lancer-franc bonus et fantaisiste après un contre illégal, double pas dont l’animation est toujours foirée même avec un pivot en hall of fame en roi de la raquette, lag persistant certains soirs au parc, machine de paris qui fonctionnent pas, mise à jour ne s’appliquant pas entraînant pour ma part déconnexion en parc et Pro Am (il a fallu tout ré installer), chaussures et habits se retrouvant sur un autre perso si tu en fais plusieurs (pouvant entraîner rupture de contrat en chaussure si tu fais pas gaffe) et j’en passe. Notons : plus de 10 mises à jour dont certaines… inutiles.

L’IA

Pour résumer, elle craint, exemple en Pro AM libre. Un joueur en IA peut, soit te faire des miracles, soit faire n’importe quoi. Exemple, passe pour l’IA seule sur l’aile, que fait l’IA, avec le petit 3 de tireur, elle te balance une passe dans le décor, autre version, la passe en retrait qui sort, un classique. Paradoxe, un joueur, à la masse en réel, peut en IA être très bon. En carrière, exemple avec Houston, dès que ton joueur monte (genre 85 et plus), tes équipiers ne font plus rien et te laisse te débrouiller, vas y mon champion, un Chris Paul a foiré le play off, logique, pas du tout. La même avec les Bucks, Middleton et Bledsoe se la jouant, joueurs de loisir un dimanche matin alors que l’IA adverse se révèle plutôt bonne. Exception, Golden State, là tes équipiers prennent leurs responsabilités.

Les joueurs.

Le niveau général est faible avec des exceptions au top (des Français qui se reconnaitront du réseau Twitter), si tes amis ne sont pas connectés, tu as des randoms, ok, soit c’est bon, soit, c’est hyper faible. Exemple : cet équipier qui est à 3 mètres de son joueur, résultat 6 points pris alors que tu as le match en main, souci général, la défense est un concept étranger à beaucoup. Pour avoir débuté sur 2K15 et poursuivi sur 2K16, je peux affirmer que 30 à 40 % des nouveaux débarqués sur le 17 (faible) et le 18 (pas mieux), auraient fui car le niveau était élevé sur le 15 et le 16. Un nouveau public arrive, bien, mais certains ne connaissent pas ce sport, gênant. Autre souci, les crevards, le mec qui quitte le navire en étant inactif, un a ainsi provoqué… 9 pertes de balle alors que nous menions de 8 point, il est resté inactif tout le dernier quart-temps, là encore, c’est au jeu de mettre le gars en IA.

Mike Wang et Ronnie

Ces deux là s’aiment à tel point qu’ils se casent dès que possible dans le jeu, sauf que ce duo fait dangereusement chavirer le navire. D’un jeu dit simulation, on penche vers de l’arcade, comme la tendance serait pour le 2K19, ce jeu est une mine d’or, après tout, le duo n’a qu’à intégrer les rookies, changer quelque peu la formule et hop, le tour est joué. L’avenir passerait par le départ d’un des deux, le duo étant entré dans une zone de confort…

Les VC

Une honte, avant la sortie, le dénommé Rob Jones disait qu’il était possible de progresser sans les VC. Vraiment ? Impossible, de 60, on peut raisonnablement arriver à 66-67 en faisant beaucoup de match voire 70, après, impossible de ne pas investir au moins 20, 40 euros. Exemples de la dérive : homme du match pro Am, passé de 200 à 50 cette année, contrats sponsors ridicules (quatre au maxi) et ne rapportant presque rien, on a un agent, vraiment, à quoi il sert, pas grand-chose. Les Stretchs. Dans leur quête de rendre ce jeu accessible, le duo de choc à crée une bénédiction pour certains, une plaie pour d’autre. Le pivot Stretch, dernier joué, 2m21 et 102 kg, il court comme une gazelle et tire à 9 mètres, quand vous vous coltinez cela de septembre à juillet, au parc et Pro AM, au bout d’un moment, c’est usant, lassant (la preuve, le jeu a définitivement quitté ma PS4). D’où Mike et Ronnie ont un exemple concret de joueur réel en NBA correspondant à ce profil ? Porzingis, ok et encore, le Letton est ultra complet, un ailier fort stretch, oui, un pivot stretch, non, le poste est dénaturé. Exemple de la dérive, un français, avec mon rebondeur, j’étais en permanence en défense sur les ailes, en tête de raquette, mon adversaire a mis 30 points et pris… 0 rebond, prolongation incluse. Est-ce encore une simulation reflétant plus ou moins les matchs NBA, non, surtout avec ce type de personnage.

L’avenir

Il ne s’annonce pas bien, encore une fois, Mike et Ronnie semblent partis pour nous pondre un jeu arcade, optant pour la facilité. J’ai envie de leur dire, vous savez les gars, dans ma ville, les mecs sont montés en Nationale 2 comment ? Avec une grosse défense et un collectif, y’a-t-il encore cela dans votre jeu ? Rarement. Alors oui si on a des potes de bon niveau, on peut prendre son pied au parc (d’ailleurs souvent bondé, les factions permettaient d’avoir trois lieux pour les matchs, hé oui les gars), en équipes au Pro Am mais bordel 2K, vous avez une mine d’or et vous en faites de la daube. Exemple de leur logique : Mitchell et Tatum, des mecs qui ont brillé, ont un général annoncé à 87, Leonard, blessé et sur le déclin, est lui annoncé à 94, sérieusement, 2K, votre côté clown et aboule le fric va vous jouer un tour, pas aux States mais en Europe, surtout avec les grosses sorties annoncées de septembre à octobre et franchement, on sera beaucoup (un paquet de mes contacts devenus amis après 2K15 et 2K16 n’ont pas aimé le jeu cette année) à ne pas vous plaindre.

 

Merci à JMM pour son article

No Replies to "2K18, un sabotage en règle"


    Got something to say?

    Some html is OK